Un cadre théorique

Publié le par lilijoli

Cette idée d'atelier théâtre est née d'une autre activité de l'association Culture Métissée. En effet, durant son activité 2005/2006 elle devait participer à une manifestation de l'Association guyanaise Racin' : La nuit du conte. Il s'agissait pour toutes les communautés invités de présenter un conte traditionnel. C'est là que nous est venue l'idée de faire une mise en scène minimaliste reposant sur le dialogue d'un grand-père et de son petit-fils. C'était une première pour Culture Métissée qui a moins de deux ans d'activités, cela lui a permis d'élargir son champs d'activités en proposant pour la rentrée 2006 un atelier théâtre.

Mais au travers de la pièce "la Réunion en France", Culture Métissée entend surtout illustrer quelles sont les conditions d'une première installation à Montpellier au travers l'expérience de vie de ses membres, comme pour montrer quelles sont les embûches à éviter et les rencontres qui peuvent contribuer à nôtre construction entant que personne autonome et indépendante dans un milieu qui ne nous est pas familier. Tout cela est servi sur un ton humoristique, car il vaut mieux rire de ses erreurs et de s'en servir comme modèle.

Au début de nos travaux nous ignorons que l'idée du récit de vie dans le théâtre s'inscrivait dans la continuité d'un courant de pensée spécifique. Je tiens absolument à vous le présenter car il représente maintenant pour nous une sorte de ligne de conduite, de modèle de référence. Il s'agit des démarches psychodramatique de Moréno, que Feldhendler un de ses disciples et professeur à l'université de Goethe présente dans son article dans interplay de juin 2004. C 'est une pensée qui perçoit l'interculturel comme un phénomène et qui considère le théâtre comme l'outil idéal pour un dialogue interculturel. Moréno développe les démarches psychodramatique et de sociodramatique. Ce sont des démarches pour :
 -mieux comprendre la dynamique des relations interpersonnelles,
 -aider à résoudre des conflits inter et intra culturels (les individus dans leur dynamique propre et dans leur relation au groupe),
-faire prendre conscience de la structure socio-émotionnelle des individus et des groupes, -améliorer, si nécessaire, les relations avec autrui.

De ces travaux naît la philosophie de la rencontre qui repose sur le principe de l'homme comme acteur en situation, par définition un être relationnel en constante évolution. C'est à partir de 1920 que cette notion s'applique au théâtre expérimental. Il naît les fondements d'une pédagogie de la rencontre qui insistent sur :
-le développement de la personne dans le groupe,
-l'empathie, l'écoute et la perception de soi et des autres,
-le recours aux potentiels de créativité à travers l'imaginaire, le jeu, l'expression spontanée et l'implication de soi,
-le concept de rôle comme support des interactions, -la notion de rencontre congruente dans l'action,
-les procédés de métacommunication.

Les démarches psychodramatique sensibilisent à l'observation active des phénomènes de groupe, des procédés de métacommunication(feed-back, verbalisation du vécu, travail d'intégration,…)développent l'attitude et les facultés de l'observateur en situation de participation active. C'est une nouvelle dimension à la communication interculturelle. Voici les grandes lignes de ce courant de pensée. Si vous souhaitez avoir plus d'informations je vous conseille vivement de consulter l'article sur :
www.playbacknet.org/interplay/journal/danfrench.html

Publié dans lareunionenfrance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article